Les entreprises au coeur de la synergie économique

Publié dans le journal L'Édition, novembre 2018

La commercialisation des innovations par l’accompagnement est devenue plus accessible grâce, notamment, au maillage des entreprises avec l’économie du savoir. Les nouveaux paradigmes à l’introduction de technologies dites « de rupture » requièrent une palette d’expertise qui tend à être regroupée en un guichet unique, de façons à ce que les projets des entreprises comme ceux des municipalités puissent trouver plus adroitement les marchés auxquels sont destinés les produits ou services.

L’observation sur la mouvance des marchés au Québec et à l’international fait état du développement de nombreuses innovations de rupture en mesure d’impacter fortement les modèles d’affaires des entreprises établies tout en leur offrant de grandes possibilités. La science analytique des données (mégadonnées ou Big Data), l’Internet des objets (IoT) et l’intelligence artificielle (IA) sont des innovations perturbatrices dont les applications peuvent soutenir la croissance de plusieurs secteurs d’activités économiques. L’effervescence causée par la découverte d’applications rendues possibles par ces technologies issues du numérique est palpable et des entreprises de tous les secteurs industriels et du commerce ont emboité le pas pour se positionner dans différents créneaux porteurs et nichés.

La réalisation de projets visant la commercialisation de produits et services innovants, en mode autonome ou collaboratif en termes de propriété intellectuelle, est une bonne occasion de faire appel à des réseaux d’experts et de professionnels pour établir la meilleure stratégie.
Pour les dirigeants, conduire un processus de priorisation des innovations; évaluer le potentiel commercial, connaître les indicateurs de succès et mesurer certains risques propres à la commercialisation; constituent des connaissances qui peuvent être acquises et transférées simultanément auprès d’une équipe.

Selon Vincent Sabourin, professeur titulaire de stratégie des affaires à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG UQAM) et à la direction du Consortium Innovation, les connaissances en gestion et priorisation des innovations permettent d’appliquer une méthodologie pour faciliter l’évaluation et la prise de décision en tenant compte des réalités du marché.

À l’ère où l’Agence des services frontaliers du Canada et le port de Montréal se lancent dans l’essai d’une technologie visant à optimiser le transport de marchandises à l’aide de la puissance de la chaîne de blocs (blockchain, voir article Les douanes canadiennes essaient la «blockchain», publié dans le Journal Métro, édition du 25 octobre 2018 ), de grands assureurs s'allient pour investir dans des entreprises de technologie financière (fintechs, voir article De grands assureurs s'allient pour investir dans les fintechs, publié dans La Presse, édition du 3 octobre 2018).

Dans la mesure où de nouvelles applications seront explorées, il est à prévoir que des perturbations viendront modifier le paysage occupé par les grands groupes en services financiers et professionnels, dont les directions auront compris l’avantage d’acquérir les connaissances et les meilleures pratiques nécessaires à la mise en œuvre d’un processus de priorisation des innovations, de manière à augmenter leur chance de conserver une avance technologique et demeurer concurrentiel à l’échelle internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top